_
Plateforme romande invention innovation. Association Suisse des inventeurs, détenteurs de brevets et patentes de Suisse Romande. Revue Iro-Magazine.
invention.ch
_
Associations suisses

IRO mentor club

Associations suisses

CH associations

Les inventeurs et inventrices

Inventeurs

Notre boutique

Boutique

Point créateur

Point créateurs

Brevets / Forum

Brevets/Forum

Investir dans des idées suisses

I N V E S T I R

Sélection de livres

Lire /livres


Base de données des patentes :

Espacenet

Patentdatenbank

_
Retour

Inventeur, mode d'emploi
par Dominique Noir, ingénieur

1 - Inventeur, pourquoi?
_

Que l'on naisse inventeur ou qu'on le devienne fortuitement, la question doit être posée: inventeur, pourquoi? La réponse n'a, somme toute, qu'une importance secondaire. L'essentiel est de se la poser, un inventeur averti en vaut deux.

L'inventeur indépendant saisi tôt ou tard le sens de la question. Quant à l'inventeur employé, il ne fait pas exception; c'est alors à son employeur de se poser la question, ce qu'il ne manque pas de faire régulièrement.

Et la réponse sera, systématiquement: pour gagner de l'argent. Pas d'accord? C'est que vous êtes un philanthrope, ou un inconscient; mon article ne vous concerne pas.

Etant admis que vous cherchez à gagner de l'argent, il, faut commencer par ne pas en perdre et gérer votre invention en conséquence.

Pour de nombreux inventeurs, le dépôt d'une demande de brevet constitue une fin en soi, alors qu'il ne s'agit que d'un moyen. Un moyen qui a la fâcheuse tendance d'occulter d'autres problèmes éminemment plus importants.

2 - La clause du besoin

Une invention doit correspondre à un besoin, manifeste ou latent. Tout l'art consiste à identifier ce besoin, à l'anticiper et, pourquoi pas, à le créer, à l'instar de M. Rubik, père du cube auquel il a donné son nom.

Sans oublier que plus un besoin est pressant, plus les solutions proposées pour le satisfaire sont nombreuses; entre inventeurs, la concurrence est rude!

_

3 - L'approche du marché

J'ai inventé un procédé ou un dispositif nouveau, correspondant à un besoin manifeste. Avant de me préoccuper de sa protection, je dois répondre à une série de questions relatives à sa fabrication et à sa commercialisation. Des questions que je refuse souvent de me poser, consciemment ou non, parce qu'elles me mettent en face de la dure réalité des choses.

Inventeur indépendant, ne disposant ni de chaînes de fabrication, ni de réseaux de vente, je suis tout naturellement amené à m'approcher de société fabricant et/ou commercialisant le même type de produit en vue de leur céder mon brevet ou des droits de licence. Mon parcours, objet possible d'un nouveau "jeu de l'oie", peut être le suivant:

Scénario 1 (rare) - Je tombe sur le directeur du marketing, qui saisit immédiatement le profit qu'il peut tirer de mon dispositif, pour autant qu'il soit réellement valable. Il me rachète mon brevet pour un prix dérisoire. Si j'ai couvert mes frais, je peux être content.

Scénario 2 - Je rencontre le directeur R&D, le seul décideur de la société apte à comprendre les tenants et aboutissants de mon invention. Frustré de n'avoir pas eu lui-même mon idée, il me renvoie à mes chères études (scénario 2a). Ses Services ayant récemment développé un dispositif du même type prêt à être mis sur le marché, il achète mon brevet pour que je ne le vende pas à son concurrent et le met dans un tiroir (scénario 2b).

Scénario 3 (le plus fréquent) - En dépit de nombreuses lettres, de multiples téléphones et de quelques rendez-vous, je n'ai pas réussi à ferrer le poisson. Mes ressources limitées ne me permettent pas d'"entretenir" mon brevet, dont un exemplaire imprimé pourra toujours orner mon bureau.

Cette liste quelque peu pessimiste n'est pas exhaustive. Je suis prêt à la compléter sur la base d'expériences, présumées positives, de nos lecteurs.

4 - Maîtrise de la nouveauté

Le risque que mon idée ne soit pas originale est grand, très grand. Une recherche d'antériorité courante pourra certes révéler des dispositifs analogues ayant fait l'objet d'une protection. Elle ne dira en revanche rien de dispositifs imaginés à Florence du temps des Médicis ou par les Dayaks de Bornéo (qui allument leur feu à l'aide d'un briquet à compression d'air) et qui sont dans le domaine public.

Je ne parle pas ici de nouvelles technologies, de laser, de déposition chimique/physique de vapeur ou de micro-électronique, mais de simples, ceux-là précisément qui tentent les inventeurs indépendants.

5 - La maîtrises des délais et des coûts

Le dépôt d'une demande de brevet ne pose pas de problèmes majeurs pour l'inventeur; il jouit d'une protection initiale et locale, qui doit être entretenue et, le cas échéant, étendue à d'autres pays dans un délais d'une année; en effet, du fait de l'étroitesse du marché suisse, une protection nationale est souvent insuffisante. Les frais correspondants, initialement modiques, augmentent rapidement.

Par ailleurs, la négociation de brevets ou de droits de licence est une démarche longue et difficile.

Dans ces conditions, l'inventeur a tout avantage à attendre le plus longtemps possible avant le déclenchement de chronomètre que constitue le dépôt de sa demande de brevet. Il peut toujours, si nécessaire, négocier avec des clients potentiels sur la base d'un accord de confidentialité.

Ces quelques réflexions auront, je l'espère, attiré l'attention de l'inventeur sur certains risques de son état.

Imprimer la page
_
_
IRO Magazine

IRO magazine

Revue de presse

Medias / presse

INVENTION.CH - GEM Genève

GEM Genève

Web TV

Web TV

Espace China Invention

China invention

Liens / PME-CH

Liens / PME-CH

Espace Download

Download

Espace Juniors et jeux

Juniors /jeux


Monde économique