_
Plateforme romande invention innovation. Association Suisse des inventeurs, détenteurs de brevets et patentes de Suisse Romande. Revue Iro-Magazine.
invention.ch
_
Associations suisses

IRO mentor club

Associations suisses

CH associations

Les inventeurs et inventrices

Inventeurs

Notre boutique

Boutique

Point créateur

Point créateurs

Brevets et patentes

Brevets/Forum

Investir dans des idées suisses

I N V E S T I R

Sélection de livres

Lire /livres


 
_
Retour

La Chine est aujourd’hui entre les mains des « révolutionnaires constructifs »

Le développement actuel de la Chine ne laisse pas indifférent. Pour le journaliste suisse Frédéric Koller, elle reste un sujet de fascination, une « success story » à double tranchant.

Elle s'ouvre, dit-on. Et pourtant, la Chine suscite toujours, chez qui n'y a jamais mis les pieds, un sentiment similaire à celui qu'éprouve un enfant de douze ans à qui on demanderait ce qu'il fera quand il en aura quarante: quelques images embrumées, des rêves, mais aussi de grandes craintes. Tout cela ne serait-il qu'une bête histoire de préjugés? Pas à en croire Frédéric Koller. Correspondant à Pékin de divers médias francophones dont La Liberté et Le Temps, il prévient d'emblée dans «Portraits de Chine», ouvrage qu'il a récemment publié: «Ce continent vous aspire ou vous régurgite. Il n'y a guère de demi-mesure avec la Chine. La fascination est généralement aussi totale que l'incompréhension.»

Il n'y aurait qu'une catégorie d'étrangers à évacuer cette ambivalence: les hommes d'affaires. Ils «prennent soin d'éviter au maximum les contacts avec une population qui se réduit, pour eux, à des graphiques de consommateurs, à des courbes de main-d’œuvre ou à des spectacles folkloriques», observe le journaliste suisse. D'où la «fascination totale» qu'ils nourrissent pour cet immense pays qu'ils regardent comme une page blanche, où tout reste à créer. Au point d'adopter le discours du Parti communiste chinois: «Dans l'immédiat, la dictature a ses bienfaits: la stabilité politique. (...) Mais un jour, les forces du marché provoqueront immanquablement une libéralisation du système politique.» Comment ne pas se laisser séduire par de telles perspectives, s'en mettre plein les poches tout en oeuvrant pour un avenir plus rose?

Or, comme le relève Frédéric Koller, «malgré les bouleversements socio-économiques, le Parti communiste est parvenu à prévenir l'émergence de contre-pouvoirs». Comment? La fulgurante ascension de Zhu Rongji, surnommé «Belle Barbe», est révélatrice. Voilà quelques années, pendant ses études aux Etats-Unis, cet inventeur découvre sur internet en même temps que des centaines de milliers d'Américains – le dossier du procureur qui instruisait «l'affaire Lewinsky-Clinton». Un rapport dont la diffusion fait partie des manoeuvres politiciennes propres à l'affaire. Appliquons le modèle à plus large échelle, se dit alors «Belle Barbe», et l'art de diriger la Chine en sera révolutionné: un «gouvernement électronique», qui publierait ses décisions sur la Toile, apporterait la transparence, l'efficacité et la liberté.

Le plan ne va pas tarder à se concrétiser, relate Frédéric Koller. «Belle Barbe» est mandaté pour informatiser l'ensemble des 45 départements administratifs de la capitale. Il faut également former plus de 100000 personnes. Un test d'aptitude est mis au point et ceux qui échouent perdent leur emploi. Qu'importe. Le «e-government» est sur la bonne voie, «Belle Barbe» prospère.
Il y a tout juste un an, le maire de Pékin, en mauvaise posture dans le dossier de la pneumonie atypique, l'appelle à la rescousse. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) presse la Chine de faire toute la lumière sur l'épidémie. «Belle Barbe» doit donc créer en toute urgence un système de collecte de données pour l'ensemble des hôpitaux de la capitale. Les «vrais» chiffres tombent. Le pouvoir donne l'impression de maîtriser la situation. La planète est soulagée.

«LA PAIX EST ASSURÉE»
«Propulsé au coeur de la crise, «Belle Barbe» aurait pu être ébranlé par les mensonges du pouvoir. L'épisode se solde au contraire par un succès pour le gouvernement. Comme sous Mao, le système de mobilisation des masses (prévention + délation + mise en quarantaine de quartiers entiers) a parfaitement fonctionné pour empêcher la propagation de la maladie», analyse le journaliste. A qui «Belle Barbe» confie: «En Europe ou aux Etats-Unis, les gens auraient refusé ces mesures au nom des droits de l'homme. En Chine, on l'accepte.»

Celui qui était descendu dans la rue en 1989 lors des manifestations d'étudiants en arrive à confier: «Aujourd'hui, je comprends mieux la tâche du pouvoir. Je suis devenu un révolutionnaire constructif. Je ne soutiens pas le parti, j’aide le gouvernement.» En trois ans, le monde selon «Belle Barbe» a bien changé, constate Frédéric Koller. Ce même entrepreneur qui imaginait ses logiciels porteurs de liberté conçoit des programmes pour PC comme Parti communiste, qui ne front que renforcer le pouvoir.

« Belle Barbe » est millionnaire. Il compte en dollars, alors que l’immense majorité des Chinois le font en dizaines, au mieux en centaines, de yuans. Et l’entrepreneur de justifier : « Les pauvres en sont venus à s’accuser d’être responsable de leurs propres maux, à force de voir des images de riches à la télévision. Quand aux ouvriers licenciés, ils ont fini par comprendre que protester n’était pas une solution. Enfin, dans les campagnes, comme on ne peut pas changer les conditions de vie, on change l’image des dirigeants en les faisant passer pour des gens « proches du peuple ». Les greniers sont pleins. A moins d’une catastrophe naturelle, la paix est assurée pour trois ou quatre ans. »

Que dire, dès lors, de la théorie libérale qui veut que l’économie de marché mènera forcément vers une évolution politique ?  « Les classes supérieures d’aujourd’hui sont les mêmes qu’il y a vingt ans », affirme Li Lulu, professeur de sociologie à l’Université de Pékin. « La transformation économique rend le pouvoir plus stable. »

Frédéric Koller, «  Portraits de Chine ».

Imprimer la page
_
_
IRO Magazine

IRO magazine

Revue de presse

Medias / presse

INVENTION.CH - GEM Genève

GEM Genève

Web TV

Web TV

Espace China Invention

China invention

Liens / PME-CH

Liens / PME-CH

Espace Download

Download

Espace Juniors et jeux

Juniors /jeux


Polymedia