_
Plateforme romande invention innovation. Association Suisse des inventeurs, détenteurs de brevets et patentes de Suisse Romande. Revue Iro-Magazine.
invention.ch
_
Associations suisses

IRO mentor club

Associations suisses

CH associations

Les inventeurs et inventrices

Inventeurs

Notre boutique

Boutique

Point créateur

Point créateurs

Brevets et patentes

Brevets/Forum

Investir dans des idées suisses

I N V E S T I R

Sélection de livres

Lire /livres


 
_ Retour

Stand IroMagazine / au montage


_

_

Du 18 au 22 avril nous étions présents au 35ème Salon International des Inventions de Genève grâce à notre collaboration avec la revue IRO magazine. En effet, c'est depuis 1985 que notre vice-président Narcisse Niclass entretient une relation amicale avec Monsieur Jean-Luc Vincent président fondateur de ce Salon, le plus important au monde. Plus de 5'000 revues ont été distribuées au public.

La manifestation a été un succès et notre présence était forte grâce à l'engagement de Monique Brasey pour le concept du stand, à Ronald Blanc pour le montage et à Olivier Pahud pour la présence et l'animation. Nos sponsors Royal Agency SA www.raa.ch et MDL medialand SA www.mdl.ch

Allez découvrir un projet prometteur sur www.invention.ch/bossy/


Stand IroMagazine / pendant le Salon

_

_

_

_

Des inventions, des hommes et des ailes !

Avec le Salon International des Inventions, dont la 35ème édition s'ouvrira à Palexpo le 18 avril prochain, Jean-Luc Vincent a fait de Genève la capitale mondiale de l'innovation. Alors que des créations aussi surprenantes que révolutionnaires seront présentées, à l'image de « Fusion-man » (photo), le CERN, avec sa recherche technologique d'avant-garde, en sera l'hôte d'honneur. Etat des lieux en avant-première.

Le monde de l'invention se donne rendez-vous à Genève

INNOVATION Comment notre ville s'est-elle hissée au rang de capitale mondiale des techniques et produits innovants ? Cette position enviée, Genève la doit à Jean-Luc Vincent, fondateur du seul salon d'envergure internationale consacré à l'invention. C'est aussi cette plateforme de référence qui accueillera le CERN, prestigieux hôte d'honneur. Interview.

Cette 35ème édition a-t-elle pour vous une signification particulière?

Chaque édition est en fait un nouveau salon. Jamais, depuis le début, je n'ai senti la moindre parcelle de routine. L'avantage, c'est l'expérience acquise avec les années et la notoriété découlant d'un travail sérieux.

Vous êtes dans un univers qui innove sans cesse, mais le salon, lui, comment a-t-il évolué?

C'est une question très intéressante, car nous accueillons le monde de demain dans une infrastructure qui privilégie avant tout les contacts humains et la clarté des objets exposés. Il n'y a pas «show» ou de mise en scène spectaculaire, mais 700 exposants enthousiastes présentant plus de 1'000 inventions, et toutes répondent à deux critères : faire l'objet d'un brevet et ne jamais avoir été présentée auparavant. Grâce à ce niveau d'exigence, près de la moitié des inventions débouche sur un contrat de licence.

Revenons à l'évolution du salon...

Lors de ces 35 années, nous avons observé un réel professionnalisme dans le domaine de l'invention. Les inventeurs sont de véritables chercheurs, amateurs ou professionnels, qui travaillent très sérieusement leurs inventions dans la perspective d'en faire un produit commercialisable.

L'inventeur un peu fou qui travaille dans sa cave, entouré d'éprouvettes fumantes de toutes les couleurs, c'est du passé?

C'est une caricature. Moi, je n'ai jamais rencontré d'inventeur de ce type! Pour compléter la réponse à votre question concernant l'évolution du salon, j'ai constaté aussi une plus grande proximité avec le public qui désire découvrir un monde fascinant, qui va de la naissance d'une idée à son prototype et qu'on retrouvera peut-être demain dans notre cuisine ou notre voiture. On a aussi assisté à une grande évolution dans la protection des inventions, avec l'instauration de brevets nationaux, européens et internationaux.

Les instituts de formation, comme les universités, font leur apparition dans votre salon. Pour quelle raison ?

C'est le fruit d'un long travail. Je suis convaincu depuis de longues années que les milieux académiques doivent s'ouvrir d'avantage à ce type de manifestation. Depuis quelque temps, certains instituts universitaires de recherche s'ouvrent au monde économique. En effet, dans de grandes universités sont créées des procédés extraordinaires, qui, une fois mis au point, partent souvent ailleurs avec leurs auteurs couverts de diplômes. Le Salon international des Inventions représente désormais un carrefour précieux où se rencontrent les acteurs académiques et les investisseurs. Les découvertes technologiques trouvent dans le salon, un terrain idéal pour favoriser les débouchés commerciaux. Il existe un potentiel considérable.

« Les découvertes technologiques trouvent dans le salon, un terrain idéal pour favoriser les débouchés commerciaux »

Comment expliquer que certaines parties du monde soient plus créatives que d'autres?

L'Iran et la Malaisie, pour ne citer que ces deux pays, ont de très nombreux exposants: en 2006, il y avait 60 iraniens et 150 malaisiens. Ils sont soutenus par les autorités de leur pays et ils multiplient les chances de rencontrer des investisseurs, qui n'iraient pas chez eux, faute de réseau bien organisé. Et pour en revenir aux instituts académiques, les universités de Téhéran et de Kuala Lumpur participent depuis plusieurs années au salon.

Un important chiffre d'affaires est donc réalisé. Peut-on avancer un montant ?

Oui, j'estime ce chiffre entre quarante et quarante cinq millions de francs. Je me base sur les informations qui me sont communiquées. Mais il faudrait y ajouter toutes les autres affaires qui sont conclues parfois des mois après la fin du salon. Celles-ci ne me sont pas connues, mais je pense que l'on peut facilement doubler le montant

que je viens d'articuler.

Peut-on lever le voile sur cette 35ème édition ?

Ce sera une édition magnifique! Avec, en première mondiale, «Fusion-Man», ce fabuleux projet permettant à l'homme de voler, enfin! Et le CERN sera l'hôte d'honneur de ce 35ème salon.

Le CERN est surtout connu pour travailler avec de multiples prix Nobel sur des projets très scientifiques, que seuls des physiciens sont capables de comprendre !

Et bien justement, le CERN, c'est bien plus que cela. Comme vous le dites, cette organisation abrite des chercheurs de très haut niveau et il existe une division qui est chargée de commercialiser les nombreux projets mis au point par les chercheurs du CERN. Aux côtés de ses deux pôles d'attractions, « Fusion-Man » et le CERN, il y aura plus de 1'000 inventions présentées, provenant de 45 pays. Des cultures et des nationalités unies dans le même univers, celui des produits et des technologies du futur. Vous ne trouvez-pas cela extraordinaire ?

L'Extension, février/mars 2007, propos recueillis par Eric Benjamin.

Salon International des Inventions

Du 18 au 22 avril 2007

Halle 7 – Geneva Palexpo

www.invention-geneva.ch

promex@worldcom.ch

tél. 022 736 59 49

fax 022 786 00 96


Le CERN, hôte d'honneur, au coeur de l'innovation

Tout le monde connaît le CERN, mais combien de personnes savent vraiment ce qui s'y fait? Créé en 1956, le Centre (aujourd'hui Organisation) Européen (ne) pour la recherche nucléaire, est installé à cheval sur la frontière franco-suisse, ce qui en fait déjà une particularité. Si le domaine nucléaire n'est plus un secteur phare de recherche, le CERN détient certainement le taux de Prix Nobel au mètre carré le plus élevé au monde. En effet, les plus grands physiciens et chercheurs se retrouvent afin de collaborer sur des programmes d'envergure internationale. Environ 8'000 chercheurs répartis sur les cinq continents travaillent sur des projets du CERN, et 5'000 évoluent effectivement sur le site franco-genevois. De multiples projets sont menés, et des dizaines font l'objet de brevets qui sont commercialisés. Cet aspect économique du CERN peu connu sera mis en avant lors de la 35ème édition du Salon International des Inventions. Par ailleurs, le CERN présentera et expliquera le LHC (Grand collisionneur de hadrons), gigantesque machine unique au monde, nichée cent mètres sous terre dans un anneau circulaire de 27 kilomètres. Un huitième de l'accélérateur est maintenant achevé. Il reste encore un long chemin, mais une fois terminé, le LHC permettra de résoudre de nombreuses énigmes scientifiques, et franchir une nouvelle étape dans l'état actuel des connaissances.

Le World Wide Web, cette technologie de l'information qui a révolutionné nos modes de vie, a été inventé au CERN. Cette découverte continue d'ailleurs d'être saluée, notamment par le groupe de médias américain CNN. Une enquête en ligne a révélé que le Web était considéré comme « la plus merveilleuse des sept merveilles du monde moderne ». Avec de telles références et une telle notoriété, la présence du CERN au Salon International des Inventions est un « must ». Un « must » à découvrir.

Exposer votre invention

Mais pour autant que vous l'ayez brevetée et que vous ne l'ayez pas exposée auparavant! Ces précautions prises, le Salon international des Inventions accueille chaque année de très nombreux exposants individuels. Pour la somme de 1'750 francs, vous pouvez disposer d'un stand équipé et présenter votre invention. C'est ainsi que l'inventeur de la brassière-bouée pour bébé ou encore de la guirlande lumineuse ont rencontré le succès à Genève. Avec 100'000 visiteurs et des investisseurs venant des quatre coins du monde, qui sait, vos efforts seront peut-être récompensés!

Avec « Fusion-Man », le rêve le plus fou de l'homme se réalise !

Ce sera un véritable moment historique. Yves Rossi, alias «l'homme» volant, sera au Salon international des inventions. Commandant de bord d'Airbus chez Swiss, ancien pilote de Mirage III ce suisse de 47 ans qui habite près de Genève, vit avec passion cette aventure. Il découvre le parachutisme à l'âge de 30 ans et réalise de multiples sauts en chute libre. Une sensation extraordinaire, mais trop courte: une minute! Depuis lors, Yves Rossi se lance dans la réalisation d'ailes qui permettront, enfin, à l'homme de voler. Après plusieurs prototypes, quelques frayeurs et un divorce, il met au point des ailes avec des matériaux composites. Et il vole! Il confiait récemment à Paris Match: « Je vole vraiment. Comme en chute libre, je me dirige avec mon corps. Pour remonter, je relève la tête. Pour tourner, il me suffit de regarder dans la direction où je veux aller, en m'aidant, à la limite d'une jambe ou d'une main ». Le rêve d'Icare devient aujourd'hui une réalité. Et cette réalité, vous pourrez la voir vous même, du 18 au 22 avril, à la Halle 7 de Palexpo.

L'Extension, février/mars 2007

Imprimer la page
_
_
IRO Magazine

IRO magazine

Revue de presse

Medias / presse

INVENTION.CH - GEM Genève

GEM Genève

Web TV

Web TV

Espace China Invention

China invention

Liens / PME-CH

Liens / PME-CH

Espace Download

Download

Espace Juniors et jeux

Juniors /jeux


Polymedia